Perceval, une des plateformes les plus performantes, a été présentées au grand public comme étant la solution aux problèmes liés aux carte bancaires. Mise à la disposition du grand publique le 09 juin 2018, cette dernière rend service à tous les particuliers, en les tenant informés de toutes agressions relatives à leurs données bancaires.
Quels sont les réels avantages de son utilisation et comment les clients des banques peuvent réellement en profiter ? Zoom sur la plateforme Perceval et ses points forts face aux fraudes liées à la carte bancaire.

Une lutte contre les criminels numériques assez fructueuse

Depuis sa mise en ligne il y a quelques mois, Perceval, la plateforme qui commence enfin à donner une large avance aux forces de l’ordre, a permis de mener 17 enquêtes en trois mois, dont 9 parmi les 17 ont abouti à l’identification des escrocs.

En recueillant les informations relatives à la circulation des données bancaires, Perceval donne un coup de pouce important au Ministère de l’Intérieur et son équipe dans cette lutte acharnée contre la cybercriminalité. Par le biais des ondes d’Europe 1, Cyril Piat a même indiqué que son équipe et lui se préparent pour endiguer le fléau en renforçant son équipe avec 6 gendarmes qui ne feront que le suivit et la résolution des enquêtes sur la fraude concernant les cartes bancaires en ligne.

Ils veulent frapper un grand coup auprès des délinquants pour combler les manquements constatés par les résultats que son service a recueilli en 2017, soit 360.000 dépôts de pré-plaintes en ligne !

Mode d’emploi de Perceval

Perceval, la plateforme qui vient en aide aux particuliers et à leurs finance est des plus performantes. D’ailleurs, rien n’échappe à sa vigilance et son aide est assez précieuse dans cette lutte acharnée contre les fraudes qui se font de plus en plus nombreuses.

En effet, grâce à cette plateforme, toute infraction est signalée en temps réel au particulier titulaire de la carte. Un déplacement physique auprès des autorités en charge n’est donc plus nécessaire, vu que tout se fait en ligne. En plus, la procédure a été améliorée pour dédommager le particulier léser par le vol.

Dans un premier temps, les autorités effectuent un remboursement immédiat auprès des victimes. Par la suite, ils se lancent à la poursuite des criminels. À cet effet, ils collectent, analysent et recoupent les renseignements nécessaires pour y aboutir. Enfin, ils pourront recouvrir les frais liés à l’enquête tout en retrouvant les fonds volés lors de la fraude.

Perceval, le renfort tant attendu pour venir parfaire la sécurité bancaire

La gendarmerie, bien avant Perceval, avaient déjà commencé la lutte avec d’autres plateformes telles que Pharos ou encore Thésée, mais, même si Pharos était consacré exclusivement au signalement des infractions et Thésée à la lutte contre la cyber escroquerie, le combat n’était pas toujours équilibré.

Et Perceval a un peu fait pencher la balance en faveur des autorités grâce à ses nombreuses options et sa performance en termes de recherche et d’enquête. Toutefois, cette nouvelle plateforme nécessite une certaine exigence : être en possession de ladite carte, achat effectué par un tiers autre que le titulaire et avoir fait opposition sur la carte en question.

1.2 million de ménages français victimes en 2016

Avec Perceval, les cartes bancaires sont en sécurité 24 h / 24 et 7j / 7. Une utilisation facile et à la portée de tout le monde. Il faut juste avoir à disposition sa carte, la banque affiliée et le montant soustrait frauduleusement.

En guise de feed-back, la victime reçoit un code-barre. Ladite plateforme ne prend en charge, en général, que les fraudes inférieures à 500 euros. Mais la majorité des cas recense plutôt des sommes avoisinant 200 euros.

D’après Cyril Piat : « une adresse physique, une adresse mail et une adresse IP derrière laquelle on adosse, non plus un fait ou une série de faits sur une victime, mais pour des préjudices très importants ».

Malgré les efforts investis par les autorités compétentes dans cette lutte, les résultats sont moindres. Un taux de 97% a même été noté en matière de fraude bancaire par l’OSMP chiffrant 1.2 million de victimes françaises pour 500.000 en 2010 !